A disgrace to McGill

Posted: November 10, 2011 in Analysis

By HILLEL NEUER
John Humphrey, the McGill University law professor who drafted the Universal Declaration of Human Rights, must be rolling in his grave. By a gross lapse in judgment, the McGill human rights centre that Humphrey inspired is about to lend its platform to Richard Falk, a lifelong apologist for terrorists and a major 9/11 conspiracy theorist.

Before inviting Falk to speak next week, on the subject of U.S. drone killings, did the university do its homework?

At first glance, the former Princeton professor of international law, prolific author and UN expert appears highly qualified. And with Falk visiting Montreal this semester – while his wife, Hilal Elver, an advisor to the Turkish government, holds a fellowship at the university’s Centre for Human Rights and Legal Pluralism – McGill saw an opportunity.

Yet a brief review of Falk’s record shows him to be a wolf in sheep’s clothing. Fluent in the language of human rights, Falk’s twisted judgment, morality and sense of reality promote the very opposite.

Examples abound

First, Falk was an energetic campaigner for Iran’s Ayatollah Khomeini, both before and after the 1979 revolution. Days after the cleric arrived in Tehran to seize power, Falk reassured the world, in a New York Times op-ed titled “Trusting Khomeini,” that “the depiction of him as fanatical, reactionary and the bearer of crude prejudices seems certainly and happily false.”

Khomeini’s entourage, wrote Falk, had “a notable record of concern for human rights.” Indeed, the ayatollah’s “new model of popular revolution” offered the world “a desperately-needed model of humane governance for a third-world country.”

Only a month later, New York Times columnist Anthony Lewis called Falk’s assurances “outstandingly silly.” Yet in world politics, folly carries a price, and legions of Iranians – brutalized, tortured and raped by the Islamic Republic – continue to pay it.

Second, Falk is one of the figures responsible for turning the UN Human Rights Council – whose predecessor body Humphrey helped found – into a travesty.

In 2008, shortly after Falk accused Israel of planning a “Palestinian Holocaust,” a bloc of dictatorships, including Bashar al-Assad’s Syria and Muammar Gaddafi’s Libya, installed him as the council’s expert on Palestine.

The mission they gave him is so biased in its formulation, that Falk tries to obscure it. He calls himself the Special Rapporteur on “the situation of human rights in the Palestinian territories,” implying a regional jurisdiction that objectively treats all actions and parties. Yet his actual mandate is to investigate “Israel’s violations.” Not Hamas, not Fatah, not Islamic Jihad – just Israel.

When I was a student at McGill’s law faculty, the entrance was memorably engraved with the words “Audi alteram partem,” which stands for the natural justice obligation to hear both sides. Falk’s UN mission, created by tyrants and fully endorsed by him, stands for the very opposite.

Third, Falk uses his UN post to legitimize Hamas, systematically ignoring its open incitement to genocidal murder of Jews and the deliberate targeting of civilians.

Falk takes pains to portray Hamas as “the elected government” of Gaza – never mind that that the group seized power by throwing opponents off rooftops and shooting them in hospital beds. He speaks of a personal mission “to describe the actuality of Hamas’s position on contested issues.”

Falk’s support for the terrorist group is so extreme that even the Palestinian Authority – as revealed in a Wikleaks cable, and which Falk himself admits – has sought to remove him, on grounds that he is a “partisan of Hamas.”

Fourth, in July Falk published a cartoon showing a dog, with “U.S.A.” written on its body and wearing a skullcap marked with a Star of David, urinating on a depiction of justice while it devours a bloody skeleton.

Falk was globally censured. United Nations High Commissioner for Human Rights Navi Pillay found the posting “anti-Semitic” and “objectionable” and Falk was strongly condemned by U.K. Prime Minister David Cameron.

Fifth, Falk is one of the world’s most high-profile 9/11 conspiracy theorists, lending his name to those who accuse the U.S. government of orchestrating the destruction of the Twin Towers as a pretext to launch wars in Iraq and Afghanistan. In particular, Falk actively promotes the writings of David Ray Griffin, a disciple and close friend, who has produced 12 books describing the World Trade Center attack as “an inside job.”

Not only did Falk contribute the Foreword to Griffin’s 2004 “The New Pearl Harbor” – praising the author’s “patience,” “fortitude,” “courage,” and “intelligence” – but Griffin credits Falk for getting the book published, and also specially thanks Falk’s wife.

Even after his UN appointment, Falk penned a 2008 article entitled, “9/11: More than meets the eye,” arguing that the crimes were committed by “the established elites of the American governmental structure.”

Falk has repeatedly appeared on the “TruthJihad.com” show of Kevin Barrett, a 9/11 conspiracy theorist and Holocaust skeptic who rails against the “ethnic Jews” who (he says) run Washington and the media. Falk endorsed Barrett’s “good work,” while also praising Iranian tyrant Mahmoud Ahmadinejad.

In January, after Falk blogged more of the same, UN Secretary-General Ban Ki-moon took the floor of the Human Rights Council to issue an unprecedented condemnation of a UN official. Falk’s remarks, said Mr. Ban, were “preposterous” and “an affront to the memory of the more than 3,000 people who died in that tragic terrorist attack.”

How can McGill now treat Falk as an authority on the war on terror? What message does this send?

U.S. ambassador Susan Rice, a strong defender of the UN, called Falk’s 9/11 remarks “despicable,” saying his “distasteful sideshow” harms the cause of human rights.

She’s right. And someone who consistently contorts reality to fit a preconceived political agenda – one that always ends up excusing the preachers of hate and perpetrators of terror – has no place in an institution of learning premised on the principles of rational and empirical inquiry.

Hillel Neuer graduated from the McGill Faculty of Law in 1997 and is now the executive director of UN Watch.

Click here to read the letter.

 

Source: http://www.nationalpost.com/news/disgrace+McGill/5672389/story.html lardsp���0� � �génocidaires» restent bouche bée. Le concept de génocide leur échappe. Les yeux se vitrent à l’idée d’un libre arbitre avant le passage à l’acte, à l’évocation de l’idée d’une conscience personnelle du Bien et du Mal. «L’homme qui tue une fois ne peut plus s’arrêter. Il se passe quelque chose dans sa tête. Moi je ne savait même plus quel jour on était, si c’était le matin ou le soir. Tout était dans le sombre», tente d’expliquer Benoît, le regard vacillant. A Karongi, dans la préfecture de Kibuye, ses élèves tutsi ont été massacrés. Straton, lui, avait été élu bourgmestre en mai 1993 à Karengera, au Sud-Est, au titre de l’opposition. Il appartenait au Parti social démocrate (PSD). Avec Israël, un ancien conseiller municipal, il raconte les divisions de l’opposition et l’apparition du Hutu power, la formule consacrée par le parti présidentiel pour élargir le cercle contre le FPR. L’idée était d’empêcher le renversement de la «Révolution sociale de 1959» conçue comme la prise du pouvoir par la communauté hutu.

 

Les anciens du PSD se rappellent comme d’un tournant le discours d’un dirigeant du principal parti d’opposition, le Mouvement démocratique républicain (MDR), Froduald Karemera (l’un des premiers condamnés à mort et exécuté par le FPR). Froduald Karamira était en rupture de ban avec la ligne unitaire du Premier ministre MDR désigné dans les accords d’Arusha, Faustin Twagiramungu. Un jour de meeting, fin 1993, il a battu le rappel des partisans du Power sans jamais prononcer le mot Hutu. Tous en ont retenu que l’union ferait la force des Hutu contre les Tutsi, en général. Un autre détenu explique comment bourgmestre et gendarmes ont laissé mettre à mort publiquement un Tutsi pour donner le «bon exemple» à ceux qui n’étaient pas au courant de la solution finale imaginée par le gouvernement intérimaire du 9 avril. «C’était le 13 ou le 14 avril», se souvient un prisonnier. «Le bourgmestre n’a pas dit que ce n’était pas acceptable. C’est comme ça que le massacre a commencé à faire des pillages», ajoute-t-il.

Cent jours de massacres sans relâche, c’est long. Mais «vous ne pouvez pas vous demander pourquoi vous décidez de tuer des amis. Normalement, devant quelqu’un d’affamé par exemple, on se sent touché. Mais là, on n’avait plus besoin de se regarder avec les Tutsi», poursuit Benoît qui parle de Tutsi «modérés» et qui s’exclame: «vous pourriez aussi me demander pourquoi, pendant que je tuais des Tutsi, je cachais d’autres Tutsi sous mon lit». Il n’a pas d’explication. Mais s’il est revenu du Zaïre pour se rendre, c’est parce qu’il avait «la nostalgie du pays» sans pour autant se sentir le cœur d’affronter le regard des autres sur sa colline natale, l’œil aussi qui habite ses cauchemars. «J’ai tué beaucoup de gens. Je voulais être puni et me reposer», glisse-t-il, ajoutant «je ne peux pas me donner une cause raisonnable pour expliquer un seul mort. Moi non plus je ne peux pas expliquer comment quelqu’un qui a été à l’école peut prendre une machette ou une massue et tuer un être humain comme lui. Mais cela a été et je l’ai fait».

Pendant le génocide, Mathieu l’infirmier a succédé comme bourgmestre à un prédécesseur assassiné parce que Tutsi. Accusé en col blanc, l’ancien directeur de la prison de Butare y séjourne à son tour. Certains prisonniers ont tué une partie de leur propre famille, exterminant des parentèles complètes de gendres ou de beaux-frères. «Si un Tutsi meurt, il y avait peut-être de l’argent ou une fortune chez lui. Mais il y avait une haine historique entre les Hutu et les Tutsi», explique un détenu en avouant, à 42 ans, «moi non plus je ne connais pas l’histoire des Hutu et des Tutsi. Mais en voyant des gendarmes avec leurs fusils nous appeler pour faire la chasse aux Tutsi, je me suis dit qu’il y avait peut-être un secret du gouvernement. Alors, j’ai décidé de le faire». Le message des autorités locales était clair: «tuez et prenez!».

A Butare, la pluie battante noie les yeux d’un jeune francophone jadis employé au contrôle de qualité des allumettes, à l’usine locale. Il s’appelle toujours Innocent. En 1994, il habitait chez un capitaine des Far. Quand ce dernier lui a demandé d’accompagner un milicien pour exécuter deux jeunes filles fréquentant leur maison commune, sa faible résistance a rapidement cédé. Les deux jeunes gens ont choisi le crépuscule «pour ne pas voir le visage des filles». Mais ils ont mal fait «le travail» ordonné par les «autorités intérimaires» en tournée à Butare après l’exécution de son préfet tutsi. Une survivante de quatorze ans s’est traînée jusqu’à la maison. En gage de bonne volonté, le capitaine a demandé à son hôte de l’achever. Ce faisant, Innocent a «vu les yeux de la fille et entendu ses supplications bredouillantes». Depuis, «elle est dans ma tête», chuchote-t-il. Les jours de visite, sa femme fait la longue marche depuis sa colline, la tête chargée de nourriture. Elle est tutsi. «Je n’en savais même rien. Elle était ma fiancée en 1994. Mais avant, je n’avais jamais parlé de ça avec elle», dit-il, «moi, je viens de Ruhengeri».

A les en croire, en dehors de la «commune renommée locale», les Rwandais ne savent guère distinguer un Hutu d’un Tutsi hors de leur propre colline. Ils se déclarent en général incapables de donner une définition claire de ces «distinctions scandaleuses», dit l’un, malgré les prétendues caractéristiques enseignées à l’école, pour ceux qui y sont allés. Outre les mariages intercommunautaires et les changements d’identifications intervenus au gré des intérêts du moment, les statures forgées dans la pauvreté rurale n’ont souvent rien à voir avec l’imagerie des «longs et des courts». Sortis de l’enclave rwandaise, les visages sont ceux de la sous-région. Un ancien des milices Interhahamwe rappelle qu’eux mêmes se sont souvent trompés. Ils ont donc poursuivi leurs basses œuvres en faisant le tri avec les pièces d’identités frappées des mentions Hutu, Tutsi et Twa. Il y avait aussi des listes de «riches tutsi que le bourgmestre donnaient parfois au micro» pour que gendarmes et miliciens sachent qui il fallait sortir du stade de Cyangugu rempli de réfugiés, pour le conduire à l’abattoir.

A Murambi, près de Gikongoro, à une vingtaine de kilomètres de la prison, un ancien établissement scolaire abrite un mausolée où gisent des victimes du génocide, allongées sur des tréteaux posés dans les salles de classe désaffectées. Les corps – plus de 50 000 – avaient été entassés si serrés dans les fosses communes qu’ils se sont momifiés. Passés à la chaux blanche pour une improbable conservation, les gisants de Murambi sont l’insoutenable reproche de l’humanité violée. Comme celui de leurs bourreaux, leur témoignage dépasse l’histoire sanglante du Rwanda et son instrument Hutu-Tutsi. Les mains implorantes de Murambi s’adressent autant aux indifférents, qu’aux ordonnateurs, aux exécutants ou à ceux qui les ont soutenus. En réponse, le déni de responsabilité alterne avec la demande de pardon. Mais il y a aussi de la honte à porter les yeux sur les suppliciés de Murambi. Les défunts semblent dire que leurs corps convulsés dans la souffrance ne doivent servir personne, pas même pour instruire les hommes.

«Au Rwandail y a trois races, Hutu, Tutsi et Twa», assure Jean-Baptiste, qui pense que «le gouvernement actuel a exterminé cette distinction». Etrange vocabulaire d’un homme obéissant qui avoue seulement avoir «tué une fille à coups de bâton», dans la région de Bisesero. «J’ai tapé dessus avec peur. Celui qui m’avait obligé à le faire l’a ensuite découpée à la machette», dit-il, poursuivant, «moi j’avais peur d’être tué par ce gaillard. Après je suis resté à la maison pour éviter de le faire». Il était donc quand même possible de ne pas tuer, «mais le gouvernement est plus fort que nous. Si nous n’obéissons pas, qui serons-nous». Toutefois, «être en prison pendant des années, c’est terrible, je ne peux pas recommencer», disent de nombreux détenus. La sanction leur a au moins appris qu’exterminer une communauté, «tuer tous les Tutsi, ce n’était pas possible. Dieu ne peux pas l’admettre».

Au Rwanda, les responsabilités individuelles semblent s’être dissoutes dans un système totalitaire qui remonte à loin. Veillant déjà sous la monarchie au respect absolu de son autorité sur la moindre colline, descendant sous Habyarimana jusqu’à des chefs de cellule tout dévoué, les régimes successifs ont en même temps quadrillé les esprits, imposant leur propre idée du Bien et du Mal, du diable et du bon dieu. Cela n’absout personne. Le Rwanda est un Etat-Nation anciennement ancré sur un territoire dont les habitants partagent les mêmes collines, la même langue, la même culture. Cette homogénéité aurait pu prendre valeur de force unitaire. Mais si le peuple rwandais en a fait un malheur, c’est peut-être parce qu’il a été trop longtemps interdit de parole, privé de la liberté d’exprimer ses aspirations ou ses mécontentements. Alors, nul doute qu’au Rwanda, le «plus jamais ça» exige plus que jamais la liberté de conscience, le droit d’être en désaccord sans tuer pour autant, celui de participer sans crainte aux choix de société qui gouverneront, sinon la réconciliation, du moins la vie commune des banyarwanda, les gens du Rwanda.

Source: Monique  Mas

Advertisements

Comments are closed.